L'EAU

C’est une question qui va devenir de plus en plus cruciale avec le changement climatique.

Localement, la  SEPRA intervient pour que les communes « donnent l’exemple » pour l’économiser et pour une gestion plus  adéquate  aussi bien pour l’eau potable (auprès du SIAEP) que pour le traitement des eaux usées (lagunage).

 

Faute d’être entendus, nous donnons à nos propositions  un écho plus général : 

- Pour le « projet de territoire » de la vallée du Tescou : production naturelle d’eau potable, sur le modèle de Munich,

bien plus économique ( gestion coordonnée des ~200 retenues collinaires).

- A l’échelle nationale,   « plan national lagunage ». 

 


La problématique de l’eau à Rabastens

Depuis 2016, la SEPRA :

 

- Est  intervenue plusieurs fois auprès du SIAEP pour dénoncer les augmentations successives. Mutatis mutandis... 

- A effectué plusieurs demandes d'études concernant la possibilité d'utiliser la future passerelle sur le Tarn afin faire passer une canalisation de la rive gauche à la rive droite...

- A fait des propositions concernant le traitement des aux usées - (Lagunage)

 

 

Télécharger
Actions de la SEPRA pour une gestion de l'eau plus économique et écologique
Gestion de l'eau.pdf
Document Adobe Acrobat 659.6 KB

Le Lagunage

Schématiquement, on peut considérer qu’il ya trois principales méthodes de traitement des eaux usées domestiques collectives :

-       Par des stations d’épuration classiques, que tout le monde connait, généralement données en Délégation de Service Public  à des sociétés telles que  Véolia, La lyonnaise des eaux  …

-       Des stations, plus petites, fonctionnant en phyto-épuration ( roseaux …) .Récemment la commune de Couffouleux en a installé une au Sequestre .Une plus importante se trouve à Montans .

 

-       Des stations de lagunage. Dans le Tarn, à notre connaissance, il y en a trois : à Réalmont,  Cordes et Labruguière.

Comment ça marche ?

On peut distinguer plusieurs étapes successives sur une période de 2 à  3 mois. 

 

 

Pour une commune moyenne, il faut disposer de ~6 ha : cela permet de traiter les eaux pour ~5500 équivalent habitants et 9400  en augmentant l’oxygénation dans la troisième étape. A priori ceci est parfaitement possible sur Couffouleux, un peu moins facilement sur Rabastens.